Une histoire populaire des Etats Unis

Histoire US

Howard Zinn, Frédéric Cotton -Editeur: Agone

(Moi j'aime beaucoup). A lire pour avoir une vision différente -lô-

En redonnant la parole aux victimes et oubliés de l'expansionnisme américain - Indiens, Noirs, Chicanos, ouvriers, vétérans du Vietnam... -, Howard Zinn dresse une histoire parallèle de la terre des libertés, bâtie sur le sang et l'exploitation.

Un monumental pied de nez à la mémoire officielle ... Pendant 800 pages, l'Histoire populaire des Etats-Unis déborde ainsi d'informations, fourmille d'anecdotes, vibre de mille mémoires relatant aussi bien les épisodes les plus marquants que des faits infimes particulièrement éclairants. Zinn relate, par exemple, la révolte antiloyers qui opposa, à l'automne 1839, les fermiers de la vallée de l'Hudson à leurs propriétaires adossés à un système foncier hérité des Hollandais, qui, au XVIIe siècle, régnaient sur la colonie de New York. Ou, à travers le témoignage de l'une d'entre elles, les conditions de travail des ouvrières des ateliers de confection au début du XXe siècle ... Histoire parallèle, contre-manuel d'Histoire, comme on voudra, l'ouvrage de Howard Zinn déboulonne les statues, démonte les mythes, traque les idées reçues, invitant le lecteur à modifier son regard, à remettre en perspective des événements qu'il croyait bien connaître. Remarquablement vivant, écrit d'une plume alerte - Howard Zinn est aussi auteur de théâtre -, il s'appuie sur de nombreuses sources inédites et non officielles : articles de journaux, correspondances particulières, chansons populaires... Et brosse, au final, le portrait d'une société américaine profondément inégalitaire. (Michel Abescat, Télérama, 18/12/2002)

Présentation de l'éditeur

Cette histoire des Etats-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d'histoire parlent habituellement peu. L'auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu'aux victimes contemporaines de la politique intérieure et étrangère américaine, viennent ainsi battre en brèche la conception unanimiste de l'histoire officielle.