Accueil arrow Exemples de partie arrow La guerre des Gaules

La guerre des Gaules

Version imprimable
Index de l'article
La guerre des Gaules
Page 2
 

- bret, intervint lô, voyant bret donnant des ordres pour s'aligner en face de ces nouveaux venus, ne t'occupe pas de cette légion et continue de te diriger vers le corps de labiénus, tu t'en fous de cette légion, ce n'est pas elle que l'on vise. L'idéal serait que la légion de labiénus, se sente suffisamment menacée pour charger mais il n'a pas l'air décidé. Je vais faire semblant d'emmener ma cavalerie lourde loin de celle-ci, vers la droite pour lui faire croire que nous avons l'intention de charger cette légion moins costaud qui est descendu de la coline. J'espère que cela suffira à le faire abandonner sa position défensive, le premier choc serait rude mais après nous le tenons.
- Cela va être chaud, j'ai déjà des pertes, mais bon je lache tout,
- T'inquiète, de toute façon si tu perds ton corps, il va tout de même s'user, perdre ses pilum, il me suffira de lancer la cavalerie lourde, ou de lancer une partie de ton deuxième corps pour terminer le travail. Tout cela si Yanus ne lance pas sa légion dans la plaine. Il serait inspiré de désobéir en s'arrangeant avec ludus.... ce serait désastreux pour nous.

Yanus me dit plus tard alors qu'il était enchaîné à genoux en attendant son destin, que le fait de voir l'infanterie du corps de le bret se resserrer à gauche a " clairement révélé à labiénus " que c'était là une manœuvre pour permettre à la cavalerie de pouvoir passer sur la droite. Il ordonna donc de faire reculer la légion de ludus qui n'avait pourtant pas beaucoup avancé, et était encore fort loin de nous, le danger de notre flanc disparaissait....

Pensant être débarrassé de la menace de nos troupes montés, labienus lança sa légion à l'assaut tout en disant à yanus de se décaler sur la droite, afin de soutenir son effort, oubliant que si il échouait, étant le corps du général en chef, la bataille était perdue.... (Nous craignions surtout que ce soit Yanus qui charge, plutôt que Labiénus cela nous aurait retardé pour atteindre notre cible).

La suite se passe très vite. Le général en chef romain, lança deux cohortes à l'assaut de la première ligne gauloise qui a réussi tant bien que mal à se reformer grâce au savoir-faire de le bret. Les combats furent serrés. Les pilum commencèrent par fendre le ciel de leur traits réguliers, frappant les rangs des guerriers sans altérer en rien leur détermination et leur habilité au combat. Le choc fut rude pour les deux combats. Celui de droite fut indécis les pertes des deux cotés étant lourdes, il finit en statu quo, le général en soutien sauvant la situation, comme l'avait espéré lô en organisant son armée.

 

Image Image 
 début des combats
les combats la suite

 

Le deuxième combat beaucoup plus à l'avantage des romains vit la victoire des ..... gaulois. A la surprise générale la deuxième cohorte se fait anéantir. Devant ce spectacle la cavalerie romaine tourna bride et s'en alla, aggravant la situation des romains comme prévu.
Les gaulois se lancèrent ensuite dans un mouvement courageux à l'assaut des restes de la première cohorte, ainsi que d'une troisième restée à l'arrière, la cavalerie gauloise pouvant soutenir l'effort. La disparition de ces deux troupes achevant le moral du corps de Labiénus et de l'armée romaine.

12h00, le combat est déjà fini alors que celui-ci était annoncé comme long et fastidieux. L'armée gauloise a le corps du général en chef un peu entamé, le corps de le Bret qui a tapé, finit tout juste moral aggravé un (et encore après le combat final), et c'est tout. Belle victoire pour une bataille ou l'armée romaine était " obligée " de gagner.
Image 
 Labiénus, l'ennemi de toujours a fui. Yanus, et ludus, n'ayant pas combattu et s'étant rendus honteux du résultat de la bataille, furent libérés tant le gaulois est clément. Le reste de l'armée romaine décampa ou fut massacré.  les derniers combats

 qui tiens à préciser que le bon bret n'eut jamais l'air dubitatif